- Advertisement -

 

L’incarcération, jeudi dernier, du coordinateur du MDS, Fethi Gherras, suscite une véritable indignation. Des chefs de partis et des militants politiques ont dénoncé la criminalisation de l’acte politique.

Aussitôt après son arrestation à son domicile, le président du RCD, Mohcine Belabbas a été le premier à réagir pour condamner cet acte.
«Par l’arrestation spectacle de Fethi Gherras, premier responsable du MDS- un parti politique agréé- le pouvoir persiste et déclare que les acteurs politiques de l’opposition sont désormais considérés comme des criminels. Cette énième arrestation doit de nouveau nous interpeller. Allons-nous nous habituer à cet état de fait et nous résigner? », écrit-il sur sa page Facebook.
Et d’ajouter : « Depuis des mois que le pays est en panne dans tous les secteurs de la vie, seuls les tribunaux fonctionnent à plein régime en exécutant la politique de l’épée de Damoclès du pouvoir de fait. Halte à l’acharnement répressif. Liberté́ pour tous les détenus d’opinion».

Dans un communiqué rendu public, aujourd’hui, le parti des travailleurs (PT) exprime sa solidarité totale au Parti MDS « suite à l’emprisonnement de son coordinateur Fethi Gherras avec des chefs d’inculpation liées ouvertement et exclusivement à son activité et expression politiques ».

« Déjà Ouahid Benhalla, dirigeant du MDS est emprisonné pour des raisons politiques aussi vagues que irréelles. Fethi Gherras est le premier responsable d’un parti politique agréé et qui intervient sur le terrain de la démocratie. Par conséquent son arrestation et son emprisonnement constituent une dérive d’une extrême gravité car elle matérialise une offensive sans précédent depuis mai 2019 contre le multipartisme sur le terrain de la criminalisation / judiciarisassions / diabolisation de l’action politique indépendante et de l exercice des libertés démocratiques », dénonce le PT.

La formation de Louisa Hanoune « réclame la libération inconditionnelle de Fethi Gherras et celle de Ouahid Benhalla ». « Le Parti des travailleurs réitère l’exigence démocratique de libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus politiques et d’opinion et du respect des libertés fondamentales », lit-on dans ce communiqué.
Le FFS, pour sa part, dénonce aussi cette arrestation et considère, dans un communiqué, que « l’incarcération de Fethi Gherras comme une volonté de criminaliser l’acte politique, ouvrant la voie au retour à l’époque du parti unique ».

Même le président du MSP, Abderrazak Makri a réagi pour dénoncer l’arrestation du 1er responsable du MDS.

Dans une déclaration rendue publique, aujourd’hui, Karim Tabbou, porte-parole de l’UDS, rappelle « qu’une Nation n’a de caractère que lorsqu’elle est libre ».
« Pour avoir exprimé son opinion politique et déploré le marasme généralisé que vit notre pays, M. Fethi Gherras a fait objet d’une arrestation arbitraire et injuste. Il était dans le viseur du pouvoir depuis quelques temps, il est resté engagé malgré la chape de plomb et les restrictions imposées », indique-t-il, rappelant le combat irréprochable de Fethi Gherras.

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: