Cinq partis totalisent moins d’un million de voix : Majoritaires à l’APN, minoritaires dans le pays

 

Ce qui a été caché, sans doute, sciemment depuis le 12 juin dernier a fini par être dévoilé. Après l’euphorie affichée par les cinq partis déclarés vainqueurs des dernières élections législatives, c’est la douche froide.

En effet, les résultats détaillés de ce scrutin, publiés jeudi dernier au journal officiel, révèlent le réel poids de ces formations proches du pouvoir dans la société.

Le FLN, le MSP, le RND, le front El Moustaqbel et El Bina n’ont pas de motifs de se réjouir encore davantage.

Malgré le nombre de sièges obtenus, ces formations ont laissé beaucoup de plumes.

Ayant la majorité à l’APN (308 sièges sur 407, soit 75%), ces partis ne représentent que 3,90% du corps électoral. Ils n’ont pas réussi à dépasser, tous réunis, le seuil de 1 millions de voix exprimées (955. 247 voix).

L’ex-parti unique qui se présente comme étant « la première force politique du pays » a perdu, vu ces résultats, l’essentiel de son réservoir électoral.

En comparaison avec ses scores réalisés durant les élections précédentes où il obtenait plus de 1,2 millions de voix, le FLN n’a pas pu dépasser la barre des 300 mille voix (287.828 voix) à l’occasion de cette joute.

Du même, pour le parti islamiste, le MSP, qui a, lui aussi, enregistré une véritable dégringolade. Alors qu’il réalisait par le passé des scores élevés dépassant les 600 mille voix, le parti d’Abderrazak Makri n’a pu préserver que moins de la moitié de son réservoir électoral (208. 471 voix), même s’il a presque doublé son nombre de sièges arrachés à l’Assemblée (65 sièges).

Le RND qui, en 2017, a réussi à atteindre près d’un million de voix, a arraché, cette fois, 58 sièges, mais avec seulement 198.758 voix.

De leur côté, le front El Moustaqbel et le mouvement islamiste El Bina n’ont réalisé, quant à eux, que 153.987 voix pour le premier et 106.203 voix pour le second. Les listes indépendantes, dont le nombre de sièges obtenus est de 84, n’ont pas fait mieux.

L’assemblage des voix obtenues par chacune d’elle ne dépasse pas le chiffre de 200 000 voix.

Pour le reste des formations politiques ayant pris part à cette joute, c’est la bérézina. Leurs scores oscillent entre seulement 3000 et 11 000 voix.

C’est le cas de Jil Jadid de Sofiane Djilali qui n’a finalement obtenu que 3700 voix qui lui donne un siège à l’APN.

Pour sa part, le parti d’Abdallah Djaballah, le FJD, a également enregistré une grave déroute avec seulement moins de 11 000 suffrages exprimés, qui lui donnent cependant 3 sièges à l’APN.

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :