FEUILLE DE ROUTE OU FEUILLE DE VIGNE ?

Lors des dernières élections législatives, à la sortie de son bureau de vote, Tebboune avait cauteleusement annoncé qu’il respectait l’avis des boycotteurs, mais qu’en démocratie, la minorité se doit de respecter l’avis de la majorité ! Il ne pensait certainement pas si bien dire, ni que la réalité lui donnerait raison aussi vite : les chiffres étaient sans appel ! Minorité : 77 % ; majorité : 23 % ! Qu’à cela ne tienne, la minorité a respecté la majorité qui a élu son Assemblée Nationale avec l’enthousiasme et l’engouement qu’on connait et porté au pinacle des députés triomphants avec des scores atteignant parfois jusqu’à 140 voix ! Du jamais vu auparavant ! Pour tout vous dire, même l’ANIE, ce nouveau souffre-douleur du système qui jette pudiquement le voile sur ses frasques, n’a pas jugé utile d’annoncer, dans le détail, les résultats tellement les choses semblaient aller de soi et la démocratie faire un bond de géant dans notre cher et beau pays !

Il faudra, maintenant, poser la question de nouveau à Tebboune pour savoir lequel du Hirak béni ou du Hirak honni il choisirait.

Même si on ne peut, décemment, pas mettre au crédit du Hirak boycotteur l’intégralité des 77 % d’abstention, il est par contre certain que tous les soutiens du pouvoir se sont, eux, déplacés dans les bureaux de vote pour lui accorder leurs voix ! On en a même vu qui l’ont fait par peur en se rendant aux urnes mais pour y mettre des bulletins blancs, l’essentiel étant pour eux de justifier à posteriori l’accomplissement de l’acte électoral. Ce qui signifie à contrario que dans les 77 % d’abstentionnistes, il n’y a plus aucun soutien du pouvoir !

Quelle légitimité ?

Tebboune avait également déclaré, lors de la même entrevue, qu’il était moins intéressé par le taux de participation à ces élections que par la légitimité dont seront dotés les élus qui en sortiront. En tenant ce raisonnement spécieux, il était évident qu’il confondait gaillardement entre la légitimité populaire et une caricature juridique de la légalité ! C’est, d’ailleurs, ce vers quoi tend leur feuille de route depuis le primitif Gaïd Salah : reconstituer au pas de charge et quoi qu’il en coûte des institutions auréolées d’une certaine légalité. Pas de légalité certaine ? Ils n’en ont cure, leurs appareils feront le reste du travail. Peu importe le flacon, pourvu qu’ils aient l’ivresse ! Avec les cinq partis majoritaires à l’APN qui ne représentent que 3,90 % du corps électoral, le pouvoir doit résoudre une équation ne contenant que des inconnues : comment gouverner un pays foncièrement hostile avec un personnel politique incompétent et corrompu, folklorique et archaïque, issu de l’ancien système et représentatif des symboles de la faillite de la gestion antérieure ? Le problème est aggravé par les scores ridicules par lesquels sont élus la plupart des députés qui videront, de façon certaine, l’assemblée de toute trace de légitimité réelle et d’autorité. Autant dire que le pouvoir est d’ores et déjà confronté à sa propre disqualification alors qu’il a fait de la nouvelle APN le point d’orgue de sa feuille de route ! Une feuille de route qui risque d’avoir l’efficacité d’un cautère sur une jambe de bois.

Laissons-les donc nager dans l’ivresse des profondeurs dans lesquelles ils se sont enfoncés jusqu’à ne plus faire la différence entre la réalité de la situation et la fiction de leurs desiderata, la détermination du peuple et le grenouillage de leurs appareils ou, encore, l’option irréversible vers la démocratie de tout le pays et leur indigne combat d’arrière-garde pour la perpétuation du système. Tout cela fait qu’ils se sont montrés, aux yeux ébahis des Nations, dans leur insoutenable nudité alors que leur feuille de route n’arrive même pas à tenir le rôle d’une feuille de vigne pour leur apporter quelque pudeur. De fait, elle ne cache plus grand-chose !

Mohand-Ouïdir Boumertit

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :