La Kabylie suspend provisoirement ses marches contre la dictature : La conscience citoyenne a marché ce vendredi

La Kabylie a répondu unanimement à l’appel des avocats du Hirak et des militants actifs de suspendre provisoirement les marches du vendredi à cause des risques de contamination en ces temps de pandémie.

Ce vendredi, la ville des genêts s’est dévoilée ville morte. Aucune personne ne s’est présentée devant le portail de l’université, point de départ traditionnel des manifestations anti-régime et pour la fondation d’un vrai État de droit.

À Béjaia, le même état de conscience a régné dans la ville des hamadites où d’habitude des flots humains sont mobilisés pour réclamer le départ des hommes du régime, la mise en place d’une phase de transition démocratique constituante pour fonder un Etat civil, démocratique, républicain et social libéré des dictées de l’occident et de l’orient.

En Kabylie, la conscience citoyenne a marché massivement dans dans les villes rebelles de Tizi-ouzou et Béjaïa. Elles donnent rendez-vous au Hirak et à la reprise de la révolution pacifique à la fin de la pandémie.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :