le Projet Pegasus utilisé contre les droits de l’homme

 

Les révélations sur le logiciel espion israélien de NSO Group confirment la dangerosité du projet Pegasus pour les militants et les journalistes.

Selon l’enquête de Forbidden Stories et ses partenaires du secteur des médias, 11 pays ont exploité ce logiciel contre «des militants, des journalistes et des dirigeants politiques partout dans le monde.
Ces pays sont l’Arabie saoudite, l’Azerbaïdjan, le Bahreïn, les Émirats arabes unis, la Hongrie, l’Inde, le Kazakhstan, le Mexique, le Maroc, le Rwanda et le Togo.

Selon l’ONG Amnesty International, les détails techniques complets des analyses techniques réalisées dans le cadre du Projet Pegasus sont sans équivoque.

« Le rapport de méthodologie du Security Lab montre l’évolution des attaques menées au moyen du logiciel espion Pegasus depuis 2018, et donne des détails sur l’infrastructure du logiciel espion, dont plus de 700 domaines liés à Pegasus. NSO affirme que son logiciel espion est indétectable et utilisé uniquement à des fins légitimes d’enquêtes pénales. Nous avons maintenant apporté des preuves irréfutables que c’est absolument faux », a déclaré Etienne Maynier, expert des nouvelles technologies, cité par Amnesty Tech dans un communiqué.

Selon la même source, « rien ne laisse penser que les clients de NSO n’ont pas également utilisé Pegasus dans le cadre d’enquêtes pénales ou terroristes, et le consortium Forbidden Stories a également trouvé de nombreuses données appartenant à des criminels présumés ».

« Il faut mettre un terme aux atteintes généralisées aux droits humains que Pegasus favorise. Nous espérons que les preuves accablantes publiées la semaine prochaine amèneront les gouvernements à réformer le secteur de la surveillance, qui est actuellement hors de contrôle », soutient Etienne Maynier.

Selon Amnesty International, « NSO Group n’a ni confirmé ni démenti les informations sur les gouvernements faisant partie de ses clients, bien que l’entreprise ait déclaré que le Projet Pegasus avait fait des « hypothèses incorrectes » à cet égard. Tout en niant les affirmations, NSO Group a déclaré que l’entreprise ‘’continuerait d’enquêter sur toutes les allégations crédibles d’utilisation abusive et prendrait les mesures adaptées en fonction des résultats de ces enquêtes’’».

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :