Pour des publications Facebook : le journaliste Adel Sayad condamné à 2 ans de prison ferme et licencié de son travail

Le journaliste du média public doit être un soldat à part entière sans képi, ni tenue mais avec toute la discipline que requiert le statut de militaire. Le journaliste et poète Adel Sayad vient de le savoir à ses dépens, lui qui n’a pas su respecter la réserve et qui a osé déserté les rangs pour aller mener ses propres batailles pour la dignité et la liberté dans l’espace Facebook.

Le journaliste dit dans un post qu’il vient de se rendre compte que la justice l’a condamné à deux ans de prison ferme avec mandat de dépôt. Adel Sayad ne déroule pas les chefs d’inculpation retenus contre lui mais des proches de sa sphère disent qu’il est poursuivi pour ses publications Facebook. Sans trop détailler l’affaire.

Le journaliste Adel Sayad dit qu’il est aussi licencié du média où il travaille depuis 26 ans.

Le malheureux journaliste déclare qu’il se rendra aujourd’hui à la police tout en saluant, avec ironie, “la nouvelle Algérie qui coupe les vivres et les réseaux.

Notons que Adel Sayad n’est pas à ses premières déboires avec ce régime. En 2011, il était menacé par les barons de Tebessa pour avoir dénoncé les trafics transfrontaliers. Mohamed Djemai, ex SG du FLN, alors vice président de l’APN, avait déposé plainte contre Adel Sayad pour critiques contre Bouteflika. Le pauvre journaliste de Radio Tebessa avait dû fuir sa région et aller se réfugier à Alger où il a assuré des chroniques pour plusieurs médias arabophones dont El Khabar.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :