- Advertisement -

Pression et chantage sur les médias : Abdelaziz Rahabi charge violemment le pouvoir  

 

L’ancien diplomate, Abdelaziz Rahabi, tacle violemment le pouvoir en place et critique sévèrement son attitude attentatoire à la liberté d’expression en Algérie. Dans une déclaration intitulée « Liberté d’expression entre autoritarisme assumé et décalage avec le temps universel », postée aujourd’hui sur sa page Facebook, celui qui a assumé le poste de ministre de la communication à la fin des années 1999 n’est pas allé par le dos de la cuillère pour relever le drame que vit actuellement le pays.

« L’Algérie frappée par l’adversité vit son plus grand drame, celui de n’avoir pas tiré les leçons des crises précédentes. Celle entre les pouvoirs publics et les médias ne fait pas exception à cette malédiction. La liberté d’expression a été de tout temps un enjeu de pouvoir chez nous,  les gouvernants successifs ont utilisé la répression, le chantage ou la corruption et parfois tout à la fois », écrit-il.

Abdelaziz Rahabi touche, dans ce sens, à la source du mal. « Ils (les pouvoirs successifs ndlr) ont recouru notamment à l’instrumentalisation politique de la publicité institutionnelle ce qui a fait de cet outil, pourtant  sponsor avéré de la liberté d’expression et de la démocratie, un instrument  de chantage dont la dernière victime en date est le quotidien à El Watan pionnier de la première expérience d’ouverture médiatique et qui a rendu à l’Etat algérien plus de services que beaucoup de ses serviteurs zélés incompétents et corrompus », rappelle-t-il.

Plus de 20 milliards d’euros distribués en 20 ans

Tout comme beaucoup de domaines, ajoute-t-il, « la publicité n’a pas de cadre légal car Bouteflika avait en septembre 1999 fait bloquer par le Conseil de la Nation une Loi sur la publicité, présentée sous Zeroual en 1998 et votée  par l’APN ». « Ceci a eu pour effet de redonner toute la latitude à l’administration et à quelques décideurs de distribuer sans aucune forme de contrôle de l’argent public et à leur guise, plus d’un milliard et demi d’euros en 20 ans », révèle-t-il encore.

Selon lui, la publicité institutionnelle pervertie « est devenue ainsi la caisse noire du système, un nid de corruption et un vecteur de toutes sortes de clientélisme ». « Il est déplorable que cela persiste avec la même victime, la liberté d’expression et la modernisation de l’activité », condamne-t-il.

Dans la foulée, il souligne aussi que des sites algériens sont inaccessibles à partir d’Algérie , leur développement est hypothéqué et soumis à toutes formes de contraintes pour laisser cet espace aux étrangers dans une logique qui défie tout bon sens et fait légitimement douter des véritables intentions de certains donneurs d’ordre.

« L’attitude  archaïques des pouvoirs publics réfractaires à tout forme de changement  ne sert pas les intérêts  de l’Algérie dont la gouvernance s’est installée durablement dans un  provisoire qui s’accommode bien de l’absence de cadre légal qui fait que l’on autorise qui on veut à ouvrir une télé, comme on peut la fermer dans les mêmes conditions d’opacité et d’arbitraire. La dernière victime en date est Lina TV dont la  » fermeture définitive  » résume les ravages que peut provoquer l’effacement de la justice et l’absence de cadre légal dans l’exercice d’une activité sensible livrée à une Administration qui fait fonction d’Etat et à d’influents groupes de pression et d’intérêts », regrette-t-il.

Pour Abdelaziz Rahabi, combien même elle ne serait pas  garantie pour les médias, la libre expression reste un marqueur  intemporel de l ‘identité des algériens qu’il serait vain  de nier ou d’entraver en ces temps de la mondialisation et de règne du numérique ». « Notre pays s’engage souvent dans des combats d’arrière- garde qui multiplient ses fragilités et lui font perdre du temps, des moyens et l’énergie des ses enfants », met en garde.

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: