- Advertisement -

Une enquête internationale a révélé la pratique : le pouvoir pris en flagrant délit de cyber-manipulations politiques

 

Le pouvoir en place qui ne cesse de dénoncer ce qu’il appelle « la manipulation médiatique » est lui-même pris en flagrant délit de malveillance.

Selon le quotidien français, le Figaro, une enquête internationale a révélé « l’existence d’outils de désinformation sur internet, visant à défendre les intérêts du président algérien, Abdelmadjid Tebboune ».

Le journal Français cite notamment deux sites de propagande qui n’emploient pas de vrais journalistes. Ils s’appellent La Gazette d’Algérie, ou encore All About Algeria. « On y trouve des publications sur le sport, la santé, la technologie ou la politique. De prime abord, rien ne pourrait différencier ces sites internet d’un portail d’information généraliste quelconque. La particularité de ces deux «médias» ? Aucune trace d’un seul journaliste y travaillant n’a pu être identifiée », écrit le Figaro.

Derrière cette façade trompeuse, précise la même source, « se cache une obscure agence de marketing algérienne appelée Ayam Agency, qui alimente en contenu les deux marques ». «

Ces comptes imitent le fonctionnement d’organismes de presse légitimes afin de diffuser des messages à caractère politique », ajoute le journal français.

Ces deux titres, rappelle la même source, font partie des nombreux comptes supprimés par Facebook en juin. Des comptes gérés par les fameuses mouches électroniques qui ont longtemps sévi contre le Hirak et les opposants.

« Le géant américain a ainsi annoncé la suppression de 130 profils, 221 pages, 35 groupes et 29 comptes Instagram. Ils relayaient des annonces sur les affaires courantes du pays en adoptant systématiquement le point de vue du gouvernement algérien et en dénigrant ses opposants », souligne le Figaro.

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: