- Advertisement -

L’affaire du minaret : Le ministère de la communication se réserve le droit d’aller en justice contre El Watan

L’affaire de la Une du journal El Watan prend des allures d’affaire d’Etat. Le ministère de la communication réagit en exprimant sa désolation face à ce que vient de commettre le quotidien francophone Algérien. Il se réserve même le droit de poursuivre l’organe en justice.

Depuis ce matin, les reseaux sociaux sont animés par une polémique qui ne cesse de grandir. Même les politiques se sont mis de la partie, à l’image de Abderazzak Makri, président du MSP et chef de file des frères musulmans Algériens frileux des sujets de diversion médiatiques, à défaut de programmes politiques viables à présenter.

Surenchérissant sur l’affaire, Makri met aussi son petit feu au bois. Il accuse El Watan de porter une haine jamais imaginée contre les symboles de l’islam. Il va jusqu’à supposer que si ce journal avait le pouvoir absolu, il aurait fait pire que le colonialisme.

Rappelons que le journal El Watan a manipulé une photo d’illustration dans sa Une. Le minaret de la mosquée Djamaa El Djazaïr qui devrait paraître au fond de l’image a été effacé par manipulation numérique.

Le direction du journal a expliqué le fait par une erreur technique au niveau de la PAO. Elle réfute l’arrière pensée idéologique dont veulent l’accabler des parties connues pour leur hostilité au journal. La direction d’El Watan a présenté ses excuses aux lecteurs. Elle a même remplacé la photo incriminée par une autre dans sa version électronique.
Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :