- Advertisement -

60e anniversaire du massacre d’Algeriens à Paris : Macron reconnaît “ une vérité incontestable”

Si François Hollande a choisi, en 2012, de reconnaître  « une répression sanglante  », dans le massacre perpétré par la police française contre une marche des Algériens à Paris un certain 17 octobre 1961, Emmanuel Macron élève le niveau de reconnaissance du crime en soulignant  « une vérité incontestable  », à l’occasion des célébrations du 60e anniversaire de cette date historique fixée par l’Algérie comme “ journée de l’émigration”, en hommage aux sacrifices de l’émigration Algérienne durant la guerre de libération.

Emmanuel Macron déposera, en ce milieu d’après-midi, une gerbe sur les berges de la Seine, à la hauteur du pont de Bezons, en banlieue parisienne, emprunté il y a 60 ans par les manifestants algériens qui arrivaient du bidonville voisin de Nanterre à l’appel de la branche du FLN installée en France. « Des tirs à balles réelles se sont produits à cet endroit et des corps ont été repêchés dans la Seine », rappelle l’Élysée pour expliquer le choix de ce lieu de commémoration de la répression.

Les mots que prononcera Emmanuel Macron, à cette occasion, seront pesés à l’once près, du fait qu’ils interviendront dans un contexte de crise diplomatique entre le régime d’Alger et la France. Une crise marquée par le rappel de l’ambassadeur d’Algérie suite à une déclaration de Macron où il a qualifié les hommes du régime en place en Algérie de “ rentiers de la mémoire”.

Chabane Bouali

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: