- Advertisement -

Le RCD s’insurge contre la feuille de route liberticide et antisociale du régime : « La politique qui sème le désespoir doit être stoppée ! »

Le RCD a diffusé, ce samedi, un communiqué qui cloue au pilori « un régime inique qui joue sa survie », et dans lequel il dénonce, avec des mots tranchants, la politique répressive et liberticide adoptée comme unique planche de sauvetage.

« Près de soixante dix ans après le déclenchement de la lutte armée de libération nationale, les Algériennes et les Algériens sont confrontés de nouveau à un climat qui rappelle l’ère coloniale où la répression, la confiscation des libertés, les emprisonnements arbitraires et une dégradation alarmante des conditions de vie de l’immense majorité des citoyens sont légion », lit-on dans le communiqué du parti progressiste, l’un des rares partis qui continuent, malgré les pressions et restrictions, à tenter de porter l’estocade à un système finissant.

Pour le parti de Mohcine Belabbas, « Le système politique qui a dilapidé les richesses du pays et appauvri ses potentialités promeut une politique qui vide le pays de sa jeunesse la plus instruite et la plus dynamique, réprime ses citoyens qui refusent le déclassement et le fait du prince et jette des pans entiers de la population dans la précarité et la misère ».

Le RCD démasque les visées réelles de la loi de finances 2022 . « Pour les clans qui ont pris en otage l’Algérie, l’essentiel est de perpétuer leur domination sur le pays. Ne pouvant plus acheter la paix sociale comme ce fût le cas dans les conjonctures de rente importante, le gouvernement programme dans sa loi de fiances 2022, l’amplification de la dépréciation du dinar pour gonfler artificiellement les recettes provenant des hydrocarbures au détriment du pouvoir d’achat ».

Le gouvernement dont les solutions proposées sont incapables de combler les déficits, est inculpé, par le secrétariat du RCD, de « rogner sur les transferts sociaux indirects (santé, éducation, logement…) et fait voter, par des députés à sa solde, la fin des subventions généralisées sur les produits de base ».

« Le durcissement du dispositif répressif symbolisé par l’exploitation de l’article 87 bis sert aussi à brimer les syndicats et à interdire toute action de protestation des populations », assène encore le RCD.

« la criminalisation de l’action politique s’accompagne de la criminalisation de l’acte de résistance au rouleau compresseur social », estime le parti de Mohcine Belabbas.

les élections locales prévues le 27 du mois courant sont perçues par le RCD comme un « simulacre électoral » qui, « en plus d’être illégal, il achève le processus de discrédit des institutions entamé en décembre 2019″.

Du coup, le parti d’opposition démocrate estime que « cette politique qui sème le désespoir et mène notre pays vers plus de drames doit être stoppée ». Le RCD estime que « ce sont les fuites en avant et l’irresponsabilité des gouvernements successifs qui ont fait le lit de la crise multidimensionnelle que nous vivons aujourd’hui. La disqualification de la feuille de route de normalisation autoritaire des tenants du pouvoir de fait par une désaffection générale et continue des farces électorales doit parler à tous les patriotes du pays. Au plan diplomatique, les conséquences de cette politique sont déjà visibles. L’isolement du pays est son peu d’influence dans les institutions internationales sont le meilleur indicateur ».

« Pour le RCD, les résistances pacifiques contre les dérives liberticides et l’accaparement de l’appareil judiciaire, la misère et l’appauvrissement de l’immense majorité de la population, le déclassement de notre jeunesse et l’instrumentalisation de l’histoire et de la mémoire sont des actions à valoriser pour redonner l’espoir. L’engagement citoyen de nos militants sur ce terrain et notre action pour regrouper le plus largement possible autour de la défense des libertés découlent de l’impératif d’ouvrir une issue positive à la crise, qui passe inéluctablement par une transition démocratique qui mettra fin aux peurs et à la fatalité du sous développement entretenues par la politique en cours », dit encore le communiqué du secrétariat national du RCD.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: