- Advertisement -

Nouveau amendement du code pénal : Est-ce la fin du diktat des parkings sauvages sur les voies publiques ?

La nouvelle pile d’amendements du code pénal qui sera proposée pour débat et éventuellement adoption au niveau de l’APN, le 25 novembre courant, comporte, selon des sources, une disposition qui réprime légalement les exploitants illicites de parkings sauvages dans les villes.

Ainsi, l’article 386 bis du code pénal déposé à l’APN pour débat stipule que toute personne exploitant, de façon payante et sans autorisation , une partie ou la totalité d’une voie publique ou d’une place publique à des fins de parking, encourt une peine de prison allant de 6 mois à deux ans de prison ferme et une amende qui varie de 25 000 à 200 000 da, ou l’une des deux.

Le texte prévoit également la saisie de la totalité de la somme d’argent encaissée au moment du constat de délit.

L’auteur de l’amendement tend ainsi à donner une forme légale à la lutte contre le diktat des parkingueurs.
Le phénomène de l’exploitation des espaces publics à des fins de parking sans autorisation a permis maintes fois des rixes avec des automobilistes rebelles qui ont fini par des drames.

La question reste posée : suffit-il de promulguer des lois aussi sévères pour endiguer le phénomène lorsqu’on sait que des dispositions légales interdisent aux commerçants de se réserver des espaces de stationnement devant leurs magasins mais qui ne sont jamais inquiétés ?

Chabane Bouali

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: