- Advertisement -

Pressions judiciaires sur le RCD : Atmane Mazouz devant les juges de la Cour de Chlef, le 19 décembre.

L’appareil judiciaire travaille à plein régime contre les opposants politiques du régime, notamment les militants progressistes. 

Ainsi, L’ex député RCD et secrétaire national du parti chargé de la communication, Atmane Mazouz, enchaîne les comparutions devant les juges.

Le 19 décembre prochain, l’abonné des palais de justice, Atmane Mazouz, comparaîtra par devant les juges de la Cour d’appel de Chlef, après avoir été déjà condamné, en première instance, à 1 an de prison ferme.

À Sidi Aich, dans la wilaya de Béjaia, Atmane Mazouz a un dossier judiciaire pendant devant le tribunal de la ville, pour pratiquement les mêmes chefs d’accusation montés de toutes pièces. Il a comparu deux fois devant le juge d’instruction et son procès dans cette deuxième affaire n’est pas encore fixé.

Rappelons que les faits reprochés à Atmane Mazouz sont liés à szs activités de député. La justice lui reproche, pratiquement, le fait de se déplacer sur des lieux de manifestations citoyennes pacifiques pour s’enquérir du degré d’application des lois relatives au respect des droits de l’homme et exprimer son soutien moral aux victimes des abus du pouvoir et à leur droit à l’expression de leurs opinions politiques pacifiques.

“ Derrière ces pressions judiciaires, se profile l’ombre du pouvoir politique réel qui veut faire payer aux militants progressistes leurs positions politiques indépendantes, l’autonomie de leurs décisions nationalistes, leur adhésion à la  révolution de février pour le changement radical du régime et l’adoption des revendications du peuple Algérien”, estime des observateurs.

Arezki Lounis

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: