23e Salon international du livre d’Alger: La Chine pays d’honneur

La 23e édition du Salon international du livre d’Alger se tiendra du 29 octobre au 10 novembre prochain au Palais des Expositions des Pins Maritimes (Alger).

L’annonce a été faite hier, mardi, par Hamidou Messaoudi, commissaire de la manifestation, lors de la traditionnelle conférence de presse, tenue au forum du journal arabophone Echaâb. Il a, à cette occasion, dévoilé le contenu du programme de ce rendez-vous considéré comme l’événement-phare de la rentrée culturelle nationale.

Placée sous le thème générique « Livre ensemble », cette édition verra la participation de 47 pays représentés par près d’un millier d’éditeurs. Ce sont, en effet, 970 maisons d’éditions dont 271 algériennes qui ont confirmé leur participation à l’événement.

Pays dont l’expérience éditoriale et littéraire est considérable avec deux prix Nobel de littérature (en 2002 et 2012), la Chine, invitée d’honneur, sera présente avec 3000 titres en arabe et en anglais. La mise à l’honneur de la Chine est loin d’être un choix fortuit puisque l’invitation de ce pays coïncide avec la célébration des 60 ans des relations sino-algériennes.

A l’instar des précédentes éditions, le Sila, dans sa cuvée 2018, promet d’être fort attractif, en proposant aux centaines de milliers de lecteurs attendus à la manifestation, pas moins de 300 000 nouveaux titres d’ouvrages dans divers domaines (littérature, sciences, histoires, …).

En marge des expositions-ventes, 70 auteurs algériens viendront à la rencontre de leurs lecteurs respectifs, en animant des séances de dédicace. Le Sila c’est également des conférences, des tables rondes ainsi que des hommages à des figures de proue de la culture algérienne, parmi lesquelles Abdellah Cheriet, Saïd Boutadjine, Abou Kassem Saâdallah, l’écrivain et archiviste, Mourad Bourboune…etc

Bien que le budget de 60 millions de DA alloué à cette édition ait été revu à la baisse (le budget de 2015 était de 120 millions de DA), il n’en demeure pas moins que les organisateurs espèrent que le rendez-vous sera auréolé de succès, d’autant que les deux principaux sponsors, en l’occurrence l’ONDA et l’ANEP y jouent un rôle considérable.

Au cours de la conférence de presse, M. Hamidou Messaoudi indiquera, en réponse à une question relative à l’augmentation des tarifs de location des stands pour les exposants, que celle-ci était dictée par des « circonstances difficiles », dues à la situation économique que traverse le pays : «L’administration du SILA paye à la Safex (Société algérienne des foires et expositions) 3.000 DA le mètre carré nu (non aménagé) qui, après aménagement, est sous- loué à 5970.000 DA, électricité, gardiennage et publicité, compris », a expliqué le commissaire qui situe « la facture d’électricité, à elle seule, à 6 milliards DA », payable par l’administration du SILA ».

Des arguments qui seront loin de convaincre le Syndicat national des éditeurs algériens (SNEL) qui contestera la décision du commissariat du SILA, qui a appliqué une majoration de près de 1.000 DA sur la location des stands.

Présent lui aussi à cette conférence de presse, Djamel Foughali, directeur du département du livre et de la lecture au Ministère de la Culture, révèlera, pour sa part, que 260.000 ouvrages ont été « validés depuis mai dernier » par la commission de lecture rattachée au ministère de la Culture, ajoutant que le nombre de réserves émises dans le cadre du 23e SILA est « insignifiant ».

A noter enfin que l’accès au Sila reste gratuit.

Kahina A.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur