3e Journées internationales de philosophie d’Alger : « La violence » en débat

Les Journées internationales de philosophie d’Alger se tiendront les 13 et 14 octobre à l’Institut français d’Alger, partenaire des JIPA.

Après les deux premières éditions consacrées aux thèmes « Autrui » et « Le beau », cette année, c’est « La violence » qui sera au centre des débats.

Pourquoi ce thème ? Selon, Razika Adnani, présidente fondatrice des Journées internationales de philosophie d’Alger : « La violence a toujours accompagné l’histoire de l’humanité. L’être humain n’a pas cessé d’y recourir pour réaliser ses désirs et ses objectifs. Pourtant, elle a constamment été décriée et dénoncée ».

Les participants à ces 3e JIPA tenteront donc de répondre aux questions les plus récurrentes que l’on se pose pour comprendre justement l’essence de cette violence notamment dans la société d’aujourd’hui. « Qu’est-ce qui fait qu’elle se généralise et devient parfois partie intégrante de notre quotidien ? Fait-elle partie de la nature humaine ? Un monde non violent est-il une chimère ? » sont autant de problématiques qui seront abordées par un panel de philosophes dont Mehdi Belhaj Kacem, écrivain et philosophe franco-tunisien dont la communication s’intitule « Violence et technologie », Naima Hadj Abderrahmane, enseignante de philosophie à l’Université Alger 2 de Bouzaréah qui répondra à la question de la violence en comparant les points de vue de Platon et Al Kindi, Soraya Legat-Zitouni, chercheure en cotutelle à l’université Alger 2 et l’école doctorale pratiques et théories du sens de l’université Paris 8 dont l’intervention portera sur les approches philosophiques de la violence ou encore Nadia Meflah, enseignante et critique, Guillaume Sibertin-Blanc, professeur universitaire, Ismail Selim Khaznadar, maître de conférence…etc

Ateliers pour enfants et adolescents

Très souvent confrontés à la violence, les enfants reproduisent à leur tour ce schéma de violence à l’âge adulte. D’où des ateliers destinés à cette tranche d’âge pour une meilleure prise de conscience face aux dangers qui peuvent découler de ce phénomène sociétal.

Les ateliers, encadrés par Johanna Hawken, praticienne, formatrice et docteure en philosophie, se dérouleront le samedi 13 octobre 2018, avec un premier atelier pour les 8-10 ans autour du thème : « Est-il bien d’être violent ? » (10h30-12h), un second atelier pour les 10-13 ans sur le thème « Peut-on être fort sans être violent ? » (14h15h30) et un dernier atelier pour les 13-16 ans, autour de la question : « Toute pulsion de violence doit-elle se réaliser ? » (16h-18h).

Ecrivain, philosophe et islamologue, Razika Adnani est également membre du Conseil d’orientation de la Fondation de l’islam en France, membre du Conseil scientifique du CCEFR (Centre civique d’étude du fait religieux), membre du groupe d’analyse de JF conseil et directrice des JPA. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages dont « La nécessaire réconciliation » (Editions Dalimen, 2013), « Islam : Quel problème ? Les défis de la réforme » (éditions Upblisher, 2017), « Al Kafi fi el falsafa » (Alger, 2001 et 2003), deux manuels de philosophie en langue arabe, sur l’art de disserter, destinés aux lycéens.

Kahina A.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur