Affaire Sonatrach-Saipem : Farid Bedjaoui condamné à cinq ans de prison

Le tribunal de Milan, en Italie, a prononcé son verdict dans l’affaire Sonatrach-Saipem. Après des années d’instruction, le juge milanais rend sa décision, en condamnant un proche de l’ancien ministre de l’énergie, Chakib Khelil, en l’occurrence l’homme d’affaire Farid Bedjaoui.

Le neveu de l’ancien ministre des affaires étrangères, Mohamed Bedjaoui, poursuivi pour versement de de pots-de-vin, a été condamné à cinq ans et cinq mois de prison ferme.

La sentence a été prononcée par contumace, puisque l’homme d’affaires algérien est actuellement en fuite. Ses deux complices, Samyr Ouraied et Omar Habour ont été condamnée, eux aussi, à quatre ans et un mois de prison ferme.

Dans cette affaire, le tribunal de Milan a décidé d’acquitter le groupe pétrolier italien ENI et son ex-patron Paolo Scaroni. Ces derniers étaient pourtant parmi les premiers concernés par l’accusation de corruption internationale en Algérie.

Agé de 48 ans, Farid Bedjaoui a été condamné pour son rôle d’intermédiaire ou de facilitateur dans le cadre de sept contrats obtenus par la firme italienne Saipem auprès du groupe pétrolier algérien Sonatrach.

Le montant de la transaction remonte, rappelons-le, à 8 milliards d’euros. Le tribunal de Milan a ordonné la confiscation des 197 millions d’euros versés par Saipem à Farid Bedjaoui en échange de ses interventions dans ces contrats.

 Massinissa Ikhlef 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur