Le 7 national n’ira pas au Maroc à cause du Sahara-Occidental : Un mélange des genres aux lourdes conséquences

L’Algérie a décidé de boycotter la phase finale du championnat d’Afrique des nations qui se tiendra au Maroc le mois prochain. Une décision qui sera lourde de conséquences, affirment les spécialistes.

Le règlement de la fédération africaine du handball stipule dans l’article 48  qu’« en cas de retrait, forfait ou non parution d’une équipe nationale à l’occasion d’un championnat d’Afrique des Nations Seniors, la Fédération concernée doit payer une amende de 20 000 € »

 Le cas Algérien semble plus compliqué et les sanctions seront plus sévères, du moment que la raison du boycott est extrasportive. Des sources concordantes soulignent que le boycott Algérien est en riposte à l’organisation de matchs dans deux villes Sahraouies.

« une équipe qui refuse délibérément de rencontrer une autre pour des raisons extrasportives (exemple : politiques, religieuses, etc.), sanction : PENALITE + DISQUALIFICATION, éventuellement expulsion du championnat », dit le règlement de la FAHD.

« la pénalité de forfait anti-statutaire est de 20 000 € à verser à la CAHB avant la réhabilitation. Notification avec P.V. à l’IHF, au CSSA et au Congrès de la CAHB »,  précise l’article 59.

Si l’affaire parvient à l’instance mondiale de la discipline (IHF), l’Algérie risque la dépossession de son statut de pays hôte de la CAN-2024.  « Cela constituera un sacré camouflet sachant que cette épreuve devrait servir à valider le ticket pour les Jeux Olympiques 2024 à Paris (France) », commente un média spécialisé.

En outre, l’éventualité de transiter par un autre pays devient minime. Pourquoi ? Tout simplement parce que la CAHB peut aussi bannir les Fennecs du prochain rendez-vous continental.

Ainsi la fédération Algérienne du handball aura à casquer cash et en devises au moment où elle crie un déficit dans ses caisses. Et l’Algérie aura encore une fois à payer le mélange des genres.

Arezki Lounis